Les réseaux pas si sociaux

Depuis plus d'un an, on nous incite à limiter massivement nos contacts sociaux afin d'arrêter la propagation du virus. Depuis plus d'un an maintenant, les cours, les réunions, les services religieux, les soirées jeux entre amis ou les réunions de famille se déroulent principalement en ligne. Je suis reconnaissant non seulement d'avoir accès à la technologie, mais aussi des formidables possibilités qu'offrent internet et les réseaux sociaux pour rester connecté malgré la "distanciation sociale".


Cependant, je suis de plus en plus préoccupée par l'utilisation et l'impact de ces réseaux sociaux sur ma vie.


Quelques faits à ce sujet :

Comme le montre une étude de l'IGEM (Interessensgemeinschaft Elektronische Medien Schweiz), toutes les plateformes de réseaux sociaux (Instagram, Youtube, Facebook ou TikTok) en Suisse ont vu leur nombre d'utilisateurs augmenter depuis la pandémie de Corona. Avec 3,0 millions de personnes, près de la moitié de la population suisse utilise aujourd'hui Facebook au moins de temps en temps. Comme beaucoup d'entre vous le savent sans doute, Instagram est actuellement particulièrement populaire auprès des jeunes : la tendance chez les jeunes de 15 à 24 ans montre que 82 % d'entre eux utilisent Instagram. Facebook, contrairement à la population générale, perd de sa popularité auprès des jeunes, mais c'est TikTok qui connaît actuellement la plus forte croissance. L'année dernière, le nombre d'utilisateurs de TikTok a été multiplié par cinq et il est particulièrement populaire chez les femmes de moins de 25 ans.


J'utilise très souvent les réseaux sociaux pour entrer en contact avec des personnes, y trouver de l'inspiration et de la créativité, découvrir de nouvelles choses ou "googler" des connaissances. Aussi grandes que puissent être les possibilités, les opportunités et les joies de ces applications, elles comportent aussi des risques et des défis. Je voudrais maintenant parler de deux "phénomènes" et vous donner quelques clés que vous pouvez mettre en œuvre concrètement.


1. Likes et Followers

Quelqu'un poste une nouvelle photo, des cœurs sont distribués, commentés, notés...

...et voici que les comparaisons commencent:


"Elle est si jolie, je veux le même corps qu'elle."


"Cette famille est juste parfaite, tout le monde est toujours heureux."


"Il fait de la musculation tous les jours... Je vais devoir me bouger les fesses pour avoir un pack de six comme ça maintenant."


"Wow, encore une photo de voyage dans un hamac aux Bahamas ? Quelle vie !"


"Il a tellement d'amis sympas. Et je ne suis pas l'un d'entre eux..."


Sur les réseaux sociaux, nous sommes exposés à un nombre incroyable de personnes, à leurs opinions et à leurs modes de vie. Les influenceurs veulent nous pousser à acheter des produits pour nous montrer que nous manquons de quelque chose. Tout le monde ne poste que des photos parfaitement retouchées et stylisées et obtient des likes pour cela. Et grâce aux stories, nous pénétrons dans la vie de parfaits inconnus et avons l'impression de connaître ces personnes.


Tous ces aspects influencent massivement notre façon de penser et d'agir, et contrôlent la façon dont nous nous percevons.


Ils nous font sentir que nous ne sommes pas assez bons. Que nous avons besoin de produits, de likes ou de followers pour être à notre place. Que nous devons ressembler à ceci ou à cela, ou être capables de faire pareil pour être acceptés.

Nous ne sommes jamais assez. Nous avons toujours besoin de plus.


Et si nous ne faisons pas attention, nous allons croire ces mensonges.


J'ai eu récemment un de ces moments où je me suis rendu compte que certains profils et contenus ne me convenaient pas. Comme des petites personnes dans ma tête, des pensées et des mots me parlaient qui me tiraient vers le bas, qui me comparait à la vie des autres et me faisait sentir que je n'étais pas assez bien. Mais dès que ces pensées sont venues, j'ai prononcé un "stop" intérieur. Et je me suis dit : "Je connais ma valeur, qui je suis, et ce dont je suis capable, et je ne vais pas laisser ces pensées m'affecter."


Comme vous l'avez peut-être remarqué, ce blog porte sur votre identité. Mais le sujet de la découverte de son identité (que je trouve extrêmement passionnant) dépasse le cadre de ce post maintenant. Nous pourrons en parler une autre fois :) Mais je voudrais vous montrer à quel point les réseaux sociaux peuvent vous influencer, influencer votre personnalité et vos pensées.

C'est pourquoi je voudrais vous proposer une autre possibilité, dont le contenu et les pensées pourraient être "suivis" (followed) :


“Dieu vit tout ce qu'il avait fait et voici, cela était très bon." Genèse 1:31


"Eternel! tu me sondes et tu me connais, Tu sais quand je m'assieds et quand je me lève,

Tu pénètres de loin ma pensée; Tu sais quand je marche et quand je me couche, Et tu pénètres toutes mes voies.." Psaume 139:1-3


Dieu nous a créés, nous les humains, et nous a insufflé la vie. Il nous a donné de la valeur et "c'était très bien". Nous - vous et moi - avons été créés à l'image de Dieu et sommes ses enfants bien-aimés.


Wow. C'est pas génial ?Vous l'avez probablement déjà entendu à maintes reprises, mais laissez-le s'imprégner dans votre esprit à nouveau.


Nous sommes bien comme nous sommes. VOUS êtes bien comme vous êtes !


Votre valeur ne dépend pas des "likes" ou des "cœurs" sur les réseaux sociaux !

Jésus est déjà votre plus grand "follower" et "liker" !


Revenons-en au moment où les petites personnes dans ma tête influençaient mes pensées... J'ai donc réalisé que ce que je regardais régulièrement sur les réseaux sociaux ne me faisait pas du bien, alors j'ai pris un moment pour regarder tous les profils que je suivais. Pour chacun d'eux, j'ai brièvement considéré s'ils m'affectaient positivement ou négativement. J'ai supprimé les "profils négatifs" de ma liste. Ainsi, j'ai repris le contrôle de mes propres pensées et je suis conscient des influences des profils des réseaux sociaux.


Mesure à prendre : nettoyez vos profils de réseaux sociaux. Quelles personnes suivez-vous ? Et quel contenu publient-ils ? Est-ce qu'ils vous inspirent ou vous tirent davantage vers le bas ? "Un-follow" ceux auxquels vous vous comparez toujours et qui vous donnent de mauvais sentiments.


Conseil : pensez à ce que vous aimez chez vous. Dans quel domaine êtes-vous vraiment bon ? Qu'est-ce que vous trouvez beau chez vous ? De quoi êtes-vous reconnaissant envers Dieu ? Notez ces choses.


2. le temps et l'attention

Depuis que nos contacts sociaux sont limités, les réseaux sociaux sont un super moyen de partager et de participer à la vie des autres, sans aucun doute.

Mais saviez-vous que les créateurs des réseaux sociaux cherchent à capter notre temps et notre attention ? Vous voyez, leur modèle économique, la façon dont ces entreprises gagnent de l'argent, c'est : "Trouvons comment obtenir le plus d'attention de cette personne (c'est-à-dire vous) !". Grâce aux algorithmes, aux suggestions de vidéos correspondant aux centres d'intérêt, au placement de publicités ou à l'apparition de messages, notre comportement est surveillé, manipulé et nous devenons attachés à l'écran.

Et qui, parmi les jeunes en particulier, ne le sait pas ? Nous avons une pause, nous sommes assis dans le tram, nous attendons quelqu’un, nous avons besoin d'une distraction... et le téléphone portable est sorti de la poche:


Reconnaissance automatique du pouce... cliquer sur les réseaux sociaux... faire défiler... aimer... regarder la vidéo... aimer... regarder l'histoire... oh passionnant, je dois googler ça... donc aller sur google... oh il y a une publicité sympa... cliquer dessus....

...le temps de pause, le trajet, le temps d'attente sont passés super vite.


Je ne veux rien édulcorer, moi aussi je me perds dans mon téléphone tout le temps. Cependant, la concentration et l'équilibre sont extrêmement importants pour moi. Les routines m'aident à mieux diriger mon temps et mon attention.


Mes routines :

- Pendant la nuit, le wifi est toujours éteint et le téléphone est en mode silencieux (l'alarme sonne toujours le matin).


- Le matin, je ne désactive l'alarme de mon téléphone que pendant un court instant, puis je la range à nouveau.


- Je prends une douche, je bois un café et j'allume le wifi le plus tard possible (quand j'étudie, je le laisse régulièrement éteint toute la matinée. J'apprécie ce temps sans distraction)


- Pendant le travail, les études ou les rendez-vous, je retourne le téléphone, en silencieux (de préférence hors de portée).


- Si je veux utiliser le téléphone et faire une pause, par exemple, je fixe un temps avant l'utilisation du téléphone pendant lequel je veux être sur celui-ci (mettre un réveil aide).


- Lors de temps avec des amis ou de la famille, je garde mon téléphone dans ma poche et je prête attention à mon interlocuteur.


- Je vérifie régulièrement mon temps d'écran (voir les paramètres) et observe quand je passe combien de temps sur le mobile et pourquoi. Je compare ce temps à des moments où j'étais à l'extérieur, à faire du sport ou à poursuivre un passe-temps.


- Avant d'aller me coucher, je n'utilise plus mon téléphone portable, j'éteins le wifi et je préfère lire un livre ou un magazine.


- Je fixe régulièrement des jours (par exemple le dimanche) pendant lesquels je n'utilise pas du tout mon téléphone portable.

À qui ou à quoi accordez-vous votre temps et votre attention ?


"Cherchez d'abord le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données par surcroît." Matthieu 6:33


Dieu veut que nous lui donnions la priorité sur les choses du monde. Que nous, chrétiens, ayons une attitude et une attention différentes et que nous travaillions à la construction de son royaume. Que nous partagions la bonne nouvelle avec les autres à notre manière et que nous vivions pour la gloire de Dieu. Quelle est la place de Dieu dans votre vie ?


Mesure à prendre : évaluez vous-même le temps que vous passez sur les réseaux sociaux chaque jour. Ensuite, regardez sur votre téléphone sous "temps d'écran" pour voir combien de temps vous avez réellement passé sur votre téléphone. Quelle est la différence entre votre estimation et votre temps d'utilisation réel ? À quel moment de la journée êtes-vous le plus souvent sur votre téléphone et pourquoi ?


Conseils :

1) Réfléchissez à des routines qui ont un sens pour votre vie et votre quotidien et qui vous correspondent.

2) Donnez la priorité à vos tâches et activités hors ligne par rapport au temps passé en ligne.

3) Définissez une limite de temps personnalisée sur votre téléphone pour mieux surveiller et ne pas dépasser votre utilisation des applications de réseaux sociaux.


Conclusion:

Il y aurait beaucoup plus à dire sur l'utilisation des réseaux sociaux et ses effets entre bénéfices positifs et dépendance, mais cela dépasse ce post pour le moment. J'espère que vous avez trouvé de nouvelles idées et de l'inspiration sur la façon d'utiliser les réseaux. Je vous souhaite de prendre conscience des risques et comme des bienfaits de cette invention. Et je vous souhaite un temps d'arrêt loin des téléphones, des ordinateurs et des expériences numériques.

Que Dieu vous garde !

Julia Neufeld

Animatrice Jeunesse CJMS (DE)


[1]https://www.igem.ch/digimonitor-studie-mediennutzung/

[2] Aus «The Social Dilemma», Dokumentation auf Netflix.

https://www.netflix.com/watch/81254224?trackId=13752289&tctx=0%2C0%2Cbae306e7ff12a17dbd349c7f13fa78cefa5d7c18%3Ab569d57dfa2ac24ac75d29c90dd2eeefff885868%2Cbae306e7ff12a17dbd349c7f13fa78cefa5d7c18%3Ab569d57dfa2ac24ac75d29c90dd2eeefff885868%2Cunknown%2C