Redéfini.e.s


JÉSUS EST DIFFÉRENT

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles Jésus m’interpelle. L'une d’elles est qu'il est si étonnamment différent de moi. Différent de nous. Différent des gens de son époque. Vous pouvez le voir dans la façon dont il traite les autres et aussi dans la façon dont il définit les choses différemment. Souvent, ce qui nous marque c’est que Jésus est différent.


À une époque où quelques clics sur Internet suffisent pour trouver des personnes qui pensent excatement de la même manière que nous, il est important de se questionner sur l’idée d’être différent. Si on se prête au jeu, bien observer Jésus peut nous changer – nous permettre de devenir un peu plus comme lui.


Dans la chanson "Wide Place" de Laity, il est dit

"Jésus, tu me redéfinis."

Oui, Jésus nous redéfinit et nous aide à voir sa vision de ce monde. Une vision où beaucoup de choses sont différentes. Redéfinies.

  • Jésus redéfinit la grandeur, le pouvoir et la responsabilité : « Le plus grand d'entre vous doit être à égalité avec le plus petit » (Luc 22.26).

  • Jésus redéfinit la communauté, en y faisant entrer tous les peuples et les personnes marginalisées (Mt 28.19 ; Gal 3.28, etc.).

A ce stade, on pourrait énumérer bien d'autres domaines que Jésus redéfinit : Une nouvelle paix (Jn 14.27), un nouvel amour (Mt 5.44), une nouvelle liberté (Jn 8.36), mais il y a un domaine que je voudrais examiner de plus près : Jésus redéfinit la façon dont nous pouvons vivre avec Dieu.


UNE NOUVELLE VOIE

A l'époque de Jésus, il y avait un groupe de juifs religieux : les Pharisiens. Ils étaient convaincus que seuls ceux qui respectaient strictement les commandements de Dieu, leurs règles et leurs traditions étaient « purs » et pouvaient s'approcher de Dieu. C'était leur façon de faire. Ils avaient tout défini de manière précise et il y avait des milliers de règles à respecter pour être « purs ». Par exemple se laver les mains, encore et encore. Ils évitaient également tout ce qui est « impur » : la mort, la maladie et les personnes impures. Sur ce point, les Pharisiens ont fait un effort supplémentaire et ont également exhorté tout le peuple à accomplir ces stricts rituels de purification.

Et puis il y a ce Jésus et ses disciples. Au grand dam des Pharisiens, le peuple de Jésus ne prend pas autant au sérieux le lavage des mains ! Dans Matthieu 15, nous voyons la manière avec laquelle ils critiquent Jésus parce que ses amis et lui ne suivent pas les rituels de purification et vivent impurs selon leurs idées (Matthieu 15.2). La façon dont Jésus se comporte n'est pas conforme à leurs idées ! Il est différent ! Mais Jésus voit à travers eux. Il voit derrière leur masque et les appelle « hypocrites » (Mt 15.7), parce qu'ils mélangent ce bon désir de plaire à Dieu avec d'autres motifs : se soucient-ils vraiment d'aimer Dieu et leurs semblables, ou se préoccupent-ils seulement d'eux-mêmes, de leur admiration et de leur religiosité ? (cf. Mt 5,21-28, Mt 23,5-7 ; Jn 5,44)


Jésus déclare que leur cœur est « loin de Dieu » (Mt 15.,8). Leur chemin mène donc à une impasse.


Des impasses. Peut-être que nous en avons déjà aussi rencontré. Chaque fois que je lis un article sur les Pharisiens, je me demande : "Dans quel domaine est-ce que je pense comme eux ? Où, dans ma vie, vais-je peut-être aussi emprunter des chemins qui ne mènent pas au résultat souhaité ? En quoi l'apparence est-elle plus importante pour moi que le caractère ? Où suis-je en danger d'être hypocrite et de prétendre au monde idéal, au lieu d'être honnête et d'admettre que je suis un apprenant comme les autres ? »


Revenons aux Pharisiens et Jésus. Les pharisiens critiquent l'impureté des mains car ils pensent que l’apparence est déterminante. Mais Jésus est clair sur le fait que les actes religieux ou les rituels de purification en eux-mêmes ne peuvent établir une relation de confiance avec Dieu. C'est pourquoi Jésus parle encore et encore d'une nouvelle voie. Un chemin qu'il vit lui-même par l'exemple. Il ne s'intéresse pas aux choses extérieures (Mc 7.15 ; Mt 15.11 ; 1 Samuel 16.7) - mais à l'essentiel : Il s'agit du cœur. Il s'agit de ce qui fait de nous des personnes.3 Jésus le dit aussi clairement dans le Sermon sur la Montagne :

"Heureux ceux qui ont un cœur pur, car ils verront Dieu." Matthieu 5.8

Ici, Jésus redéfinit cette voie : Tous ceux qui ont un cœur pur peuvent vivre avec Dieu. Mais que signifie avoir un « cœur pur » et marcher sur cette nouvelle voie ? Voici un éclaircissement en trois cours points :


1. Une voie réconfortante


Parce que Jésus nous connait si bien, il sait bien sûr que nous ne pouvons pas simplement décider d'avoir un cœur pur - c'est impossible pour nous. Même en suivant exactement les règles, cela ne fonctionne pas. Mais ce que nous pouvons faire, c'est prier comme David, qui était très conscient qu'il a besoin de changement :

"Dieu, crée en moi un cœur pur et donne-moi un esprit nouveau et droit." (Ps 51.12)

Car ce n'est pas impossible pour Dieu - il crée lui-même une nouvelle voie. En fait, Dieu lui-même promet de nous changer et de nous donner un nouveau cœur - pur - (Ezéchiel 36.26s, Jérémie 24.7) un cœur qui est tourné vers lui. Cette nouvelle voie est donc avant tout une voie réconfortante, car avec Jésus cette promesse est accomplie. Ce n'est pas à travers des actes religieux, mais à partir de la relation avec lui qu'il travaille sur nos cœurs, les change et les rend nouveaux.


2. Pas une voie de démarcation


Comment puis-je vivre en tant que chrétien maintenant ? À cette question, nombreux sont celles et ceux qui ont répondu qu’il fallait « se garder pur » et de se tenir à l'écart de tout ce qui est « mauvais ». Mais s'agit-il vraiment de tout éviter ? S'agit-il de vivre comme cette chanson de Clueso ?

"Je ne fais pas beaucoup de mal... malheureusement, rien de bien."

Bien sûr, il est logique de ne pas participer à tout si cela ne correspond pas à la mélodie vivifiante de Dieu , comme l'a montré clairement le dernier article de Valentin sur la pornographie !


Mais quand je regarde Jésus, je ne vois pas de mentalité passive d'évitement ou de démarcation, surtout vis-à-vis des autres personnes. Jésus n'évite pas les autres. Il s'occupe des personnes « impures » - des personnes en marge5. C'est pourquoi je crois qu'un cœur pur dans notre vie n'est pas principalement caractérisé par la séparation, mais par un cœur changé qui est capable de surmonter de telles limites.


3. Une voie de changement


En même temps, cette aspiration à avoir « un cœur pur » nous met aussi incroyablement au défi. Nous pensons rapidement au mot « pureté » d'une manière très similaire à celle des Pharisiens : une vie parfaite et sans péché. Contrairement aux Pharisiens, Jésus ne se contente pas de suivre des règles. C'est beaucoup plus, à savoir changer notre attitude, notre cœur, notre pensée, notre caractère - c'est-à-dire toute notre vie.

Mais aujourd'hui, notre vie ne change pas automatiquement lorsque nous trouvons quelque chose de bien ou lorsque nous en avons envie. Notre défi est donc de cultiver cette attitude nouvellement définie jusqu'à ce qu'elle devienne notre caractère6. Cette culture fait partie de la vie sur la route avec Jésus et peut se faire de plusieurs façons. Par exemple, en remettant en question nos motivations, en apprenant à être honnête avec nous-mêmes, en osant être authentique devant les autres, en essayant d’être différent comme Jésus et en apprenant ce qui est important pour lui. C'est cette nouvelle façon de faire.


DEVENIR DIFFÉRENT

Je suis heureux que Jésus crée une nouvelle voie ici et nous invite à apprendre de lui et à le suivre. Avec des cœurs qui battent de plus en plus au rythme de sa mélodie au lieu de se retourner sur eux- mêmes. Et j'espère que nous aurons toujours, nous aussi, la chance d'être « différents » dans les moments décisifs et de rendre ainsi visible sa vision de ce monde.


Isi Weber

Pasteur jeunesse au Schänzli

COMMISSION DE LA JEUNESSE MENNONITE SUISSE

Rue des Près 21 / 2720 Tramelan

IBAN : CH91 0900 0000 2500 3531 1

Compte : 25-3531-1, (Bienne)

  • Weiß Facebook Icon
  • Weiß Instagram Icon